Saint-Béat 2000 ans d’histoire

Occupé depuis la nuit des temps par des populations autochtones (site néolithique de Géry), tels les Garunni, le site fut romanisé à l’époque de Pompée (en-75) et appelé Passus-Lupi (passage du Loup). Dès lors la cité fut placée sous le signe de l’exploitation du marbre comme en témoignent les nombreux vestiges Gallo-Romain : autels votifs et carrière à ciel ouvert. Marbre qui fit la réputation de l’antique cité jusqu’à nos jours. Dès le IX siècle, les habitants depuis longtemps convertis à la foi chrétienne reçurent de Charlemagne les reliques de Saint-Béat et de Saint-Privat et donnèrent le nom du premier à leur ville : Saint-Béat était né. Un prieuré bénédictin, fondé au XI ème siècle, rayonna sur toute la haute vallée de la Garonne. Au XIIème siècle (1132) fût bâti une église romane, édifice majeur de l’art roman commingeois à laquelle est lié un remarquable trésor. A la même époque, les seigneurs édifièrent un castrum (village fortifié), symbolisé par la tour et ses remparts. Au fil des siècles, Saint-Béat devint Ville Royale. Son importante position stratégique aux portes de l’Espagne lui valu également l’appellation de « Clef de France ».

Le Musée du Trésor de Saint-Béat présente l’un des plus anciens et plus riches ensembles classés de statues en bois polychrome : vierge de l’Espérance du XIIème siècle et la Trinité XVème siècle; d’orfèvrerie et d’objets liturgiques : reliquaire et croix, couvrant une période du XIIème siècle au XIXème siècle.

Visites du château, de l’église romane et du Musée du trésor sur réservation.

Langue(s) parlée(s)

Horaire(s)

Ouverture

Toute l'année

Partager cette page

Agenda

Carte

Photos

Téléchargements

Météo

Contact

Mentions légalesCréation : Pierre Lacroux